Get Adobe Flash player

Calendrier

se_module_calendrier_92 - style=default - background=
<<   201612<201711 décembre >20181   >>201812
di lu ma me je ve sa
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
92201712

Newsletter

             L’épreuv’attitude par

Dominique FLAMAND

 

Vous souvenez-vous de ce que vous faisiez  le 12 Janvier 2010 à 16h53 ? Certains étaient peut être au travail, d’autres en cours. Vous rouliez peut être en voiture ou rentriez chez vous à pied. Vous l’avez peut être oublié. Pas très loin de nous en Haïti, les 211 rescapés extraits des décombres de l’une des plus grandes catastrophes connues dans la région s’en souviennent encore. Un séisme d’une magnitude entre 7 et 7,3 ravageait la « Perle des Antilles ». Près de 300 000 morts. Presque la population de la Martinique qui disparait en 2 minutes.

Nous avons certainement tous déjà vécu un séisme. Cette peur, cette angoisse face à l’élément qui nous porte, le sol, est indescriptible. Quand le sol se dérobe sous nos pieds que nous reste-t-il comme appui sûr ? Il y a 2 hommes dans la Bible qui ont vécu un séisme également, je dirais même qui ont provoqué un séisme ! Oui vous ne saviez pas qu’il était possible de provoquer un séisme ? Et pourtant.

Lors de son deuxième voyage missionnaire en l’an 52, Paul se rend en compagnie de ses amis Timothée, Silas et Luc en Europe et plus précisément à Philippes. Après avoir baptisé une marchande de pourpre de la ville de Thyatire nommée Lydie et délivré une femme possédée par un esprit de Python, Paul et Silas sont arrêtés pour trouble de l’ordre public. Ils sont battus, insultés et jetés en prison. Ils sont placés sous surveillance dans la prison intérieure et enchainés. Voilà le fruit du travail des serviteurs de Dieu : la prison ! Il ne s’agissait pas d’une prison moderne avec Canal Sat, salle de sport, ateliers manuels.

Non, loin de là. Plutôt une prison en pierre, sans carrelage, à même la terre froide et inhospitalière, sans toilette, sans lumière et sans radio.

Là, assis, peut être couchés, les pieds attachés, ils doivent se demander où est le Dieu qu’ils ont décidé de proclamer aux nations.

 

Nous avons certainement tous déjà vécu un séisme. Cette peur, cette angoisse face à l’élément qui nous porte, le sol, est indescriptible. Quand le sol se dérobe sous nos pieds que nous reste-t-il comme appui sûr ? Il y a 2 hommes dans la Bible qui ont vécu un séisme également, je dirais même qui ont provoqué un séisme ! Oui vous ne saviez pas qu’il était possible de provoquer un séisme ? Et pourtant.

Lors de son deuxième voyage missionnaire en l’an 52, Paul se rend en compagnie de ses amis Timothée, Silas et Luc en Europe et plus précisément à Philippes. Après avoir baptisé une marchande de pourpre de la ville de Thyatire nommée Lydie et délivré une femme possédée par un esprit de Python, Paul et Silas sont arrêtés pour trouble de l’ordre public. Ils sont battus, insultés et jetés en prison. Ils sont placés sous surveillance dans la prison intérieure et enchainés. Voilà le fruit du travail des serviteurs de Dieu : la prison ! Il ne s’agissait pas d’une prison moderne avec Canal Sat, salle de sport, ateliers manuels.

Non, loin de là. Plutôt une prison en pierre, sans carrelage, à même la terre froide et inhospitalière, sans toilette, sans lumière et sans radio. Là assis, peut être couchés, les pieds attachés, ils doivent se demander où est le Dieu qu’ils ont décidé de proclamer aux nations.

Si Dieu est avec eux, qui sera contre eux ! Et pourtant ! Ils sont là en prison, considérés comme des criminels, ils ont été battus de verge et jetés dans un cachot. Le texte d’Actes 16 ne précise pas s’ils ont reçu quelque nourriture mais permettez-moi d’en douter. Et pourtant. Vers le milieu de la nuit, alors que certains dorment, que le geôlier va prendre sa garde, que leurs amis après un moment de prière vont rejoindre leur maison, Paul et Silas vont se mettre à faire quelque chose d’absolument impensable, illogique et déplacé.

A minuit, au fond d’une prison, enchaînés injustement alors que les autres prisonniers doivent certainement dormir, ils vont eux se mettre à chanter et à prier. Pas une prière dans le cœur, pas une louange fredonnée sur le bout des lèvres ! Non ! Ils vont, nous dit le Saint Livre, prier et chanter les louanges de Dieu à tel point que les autres prisonniers les entendaient. Ils vont réveiller l’ensemble de la population carcérale mais pas seulement. Leurs prières et leurs louanges ne vont pas seulement réveiller les prisonniers, elles vont aussi activer l’armée céleste ! Les prières et les louanges de Paul et Silas à minuit vont provoquer un séisme d’une magnitude céleste ! La magnitude céleste est l’intensité nécessaire pour qu’un tremblement de terre détruise uniquement les fondements d’une prison, ouvre les portes des cellules et brisent les chaines des prisonniers.

 

Si Dieu est avec eux, qui sera contre eux ! Et pourtant ! Ils sont là en prison, considérés comme des criminels, ils ont été battus de verge et jetés dans un cachot. Le texte d’Actes 16 ne précise pas s’ils ont reçu quelque nourriture mais permettez-moi d’en douter. Et pourtant. Vers le milieu de la nuit, alors que certains dorment, que le geôlier va prendre sa garde, que leurs amis après un moment de prière vont rejoindre leur maison, Paul et Silas vont se mettre à faire quelque chose d’absolument impensable, illogique et déplacé.

A minuit, au fond d’une prison, enchaînés injustement alors que les autres prisonniers doivent certainement dormir, ils vont eux se mettre à chanter et à prier. Pas une prière dans le cœur, pas une louange fredonnée sur le bout des lèvres ! Non ! Ils vont nous dit le Saint Livre, prier et chanter les louanges de Dieu à tel point que les autres prisonniers les entendaient. Ils vont réveiller l’ensemble de la population carcérale mais pas seulement. Leurs prières et leurs louanges ne vont pas seulement réveiller les prisonniers, elles vont aussi activer l’armée céleste ! Les prières et les louanges de Paul et Silas à minuit vont provoquer un séisme d’une magnitude céleste ! La magnitude céleste est l’intensité nécessaire pour qu’un tremblement de terre détruise uniquement les fondements d’une prison, ouvre les portes des cellules et brisent les chaines des prisonniers.

  

Pas d’effondrement de bâtiments, pas  d’explosion, ni même de fissures. Juste ce qu’il faut pour apporter la liberté, juste la secousse pour offrir la libération à tous les prisonniers.

Face à l’épreuve, nous avons la possibilité de réagir de façon positive ou négative. En fonction de notre résilience, nous allons pouvoir traverser les difficultés ou nous effondrer et être anéantis. Le problème n’est pas l’épreuve mais « l’Epreuv’attitude » ! Paul et Silas à minuit, dans une cellule en prison après avoir été battus de verge chantent et prient ! Face à ce que certains pourraient considérer comme un abandon de Dieu ils ont choisi « l’Epreuv’attitude » de la prière et de la louange. Leur foi et leur résilience leur ont permis de comprendre que la prison n’était pas la fin de leur voyage. La cellule dans laquelle ils avaient été jetés injustement ne constituait

pas leur destination finale. Et quand bien même ça devrait être le cas, ils savaient que là, au milieu de la nuit, Dieu pouvait les entendre, les bénir et les délivrer.

Aujourd’hui, certains parmi nous se sont retrouvés à cause de leurs « amis » en prison au sens propre comme au sens figuré. Il s’agissait juste de faire passer un paquet de drogue.

Ça va te rapporter « un paquet de tune » beaucoup d’argent. Et on se retrouve dans une cellule plus moderne que celle de Paul et Silas mais emprisonné quand même.

D’autres prisons comme l’alcool, le sexe, le mensonge, la médisance, l’adultère, le vol, la gourmandise, la fainéantise, le dégoût de tout ce qui touche à l’église, la haine envers sa famille, ses parents et celles qui sont spécifiques à votre situation, sont beaucoup plus subtiles.

Les cellules de ces prisons même si elles sont invisibles, sont beaucoup plus sécurisées. Il est quasiment impossible d’en sortir. Il ne s’agit pas de prévoir un tunnel, ou d’abattre les gardes placés devant la clôture, ni même d’avoir quelqu’un ayant le plan de cette prison dessiné sur le corps.

Toutes ces alternatives sont dérisoires pour ce type de prison. En l’an 52, Paul et Silas se sont retrouvés injustement enfermés dans une cellule. Aujourd’hui en 2011, c’est peut être toi. Tu es dans une prison à cause d’amis ou par ta propre faute.

Peu importe, tu te sens emprisonné et tu l’es. Cela fait peut être des semaines, des mois ou des années que des chaines te lient à une situation et te privent de la liberté que Dieu t’avait accordée. Tu penses que tu ne pourras pas laisser la drogue. Tu crois que tu es né gourmand et que tu resteras gourmand. On t’a fait croire que dire du mal des gens en permanence est la seule chose que tu saches faire. Tu as cette idée ancrée au fond de toi qui te rappelle que tu es nul, un raté et que t’auras beau faire des efforts, ça ne changera rien. L’église t’a peut-être même fait comprendre que ton péché ne pourra jamais être effacé contrairement à ton nom qui lui a été non seulement effacé des registres de l’église mais aussi des registres du ciel. J’aimerais te dire qu’il n’en est rien. Personne ne peut effacer ton nom du registre du ciel.

 

Les cellules de ces prisons même si elles sont invisibles, sont beaucoup plus sécurisées. Il est quasiment impossible d’en sortir. Il ne s’agit pas de prévoir un tunnel, ou d’abattre les gardes placés devant la clôture, ni même d’avoir quelqu’un ayant le plan de cette prison dessinée sur le corps. Toutes ces alternatives sont dérisoires pour ce type de prisons. En l’an 52, Paul et Silas se sont retrouvés injustement enfermés dans une cellule. Aujourd’hui en 2011, c’est peut être toi.

Tu es dans une prison à cause d’amis ou par ta propre faute. Peut importe, tu te sens emprisonné et tu l’es. Cela fait peut être des semaines, des mois ou des années que des chaines te lient à une situation et te privent de la liberté que Dieu t’avait accordée. Tu penses que de toutes les façons, que tu ne pourras pas laisser la drogue. Tu crois que tu es né gourmand et que tu resteras gourmand. On t’a fait croire que dire du mal des gens en permanence est la seule chose que tu saches faire. Tu as cette idée ancrée au fond de toi qui te rappelle que tu es nul, un raté et que t’auras beau faire des efforts, ça ne changera rien. L’église t’a peut être même fait comprendre que ton péché ne pourra jamais être effacé contrairement à ton nom qui lui a été non seulement effacé des registres de l’église mais aussi des registres du ciel. J’aimerais te dire qu’il n’en est rien. Personne ne peut effacer ton nom du registre du ciel.

  

Personne ne peut t’enlever ton statut d’enfant de Dieu. Tu es la prunelle des yeux de notre créateur.

 

Personne ne peut t’enlever ton statut d’enfant de Dieu. Tu es la prunelle des yeux de notre créateur.

 

Alors que tu es dans cette prison comme Paul et Silas depuis un bon moment, regarde l’heure ! Il est minuit. Tu penses que tu es au fond, que tu ne peux pas aller plus bas, alors regarde l’horloge de ta prison. Il est minuit ! C’est l’heure de chanter ! Il est minuit, c’est l’heure de louer ! Il est minuit c’est l’heure de provoquer le tremblement de terre de magnitude céleste. Mets-toi à chanter et à louer dans ta prison avec tes chaines. Ce n’est pas à toi de les enlever. Celui qui est venu provoquer ce séisme en l’an 52 est toujours vivant en 2011. Il saura donner la bonne intensité qui permettra aux fondements de ta prison d’être ébranlés afin que les portes de ta prison s’ouvrent et que tes chaines soient brisées.

Mon ami, mon frère, ma sœur, toi qui lis ces lignes et qui n’appartiens à aucune religion, toi qui peut être penses que de toutes les façons les choses sont comme ça et qu’on ne peut rien y faire, il est temps d’adopter « l’Epreuv’attitude ».

A nous tous, que nous soyons jeunes, âgés, adventistes ou pas, catholiques, évangéliques ou témoins de Jéhova, sans religion, quelque soit la prison dans laquelle nous sommes, Dieu n’attend que nos prières et nos louanges pour venir nous délivrer. Ne crois pas que c’est impossible, ne pense pas que Paul et Silas sont des légendes ou des héros de cinéma. Ils étaient des hommes comme toi et moi.

Alors même si cela fait des années que tu cherches du travail, ou un partenaire, ou la libération de  la drogue, de l’alcool, du sexe, du mensonge, de la fainéantise ou de la gourmandise, ce n’est pas ta destination finale, ce n’est pas là que tu vas finir ta vie. Le Seigneur de l’impossible, celui qui peut provoquer des séismes de magnitude céleste t’invite à adopter « l’Epreuv’atttitude » !

Ça te coûte quoi ? Ça te coute quoi d’essayer ? C’est le moment de prier et de chanter même si les chaines sont toujours à tes pieds. N’aies pas peur d’être vu ou entendu  par ceux qui sont peut être dans la même prison que toi, car comme pour Paul et Silas ta louange et ta prière ouvriront les portes de leurs cellules également.

« L’Epreuv’attitude » nous permet de remercier Dieu avant d’expérimenter la réponse à nos prières. Le louer  au milieu des difficultés les transforme ou plutôt nous transforme pendant que nous sommes encore dans les difficultés. Dieu souhaite nous élever à la compréhension de la plus grande des richesses qu’il nous offre : sa présence vaut mieux que sa réponse.

Alors garde « L’Epreuv’attitude »  et rappelle-toi que quelque soit l’orage qui menace ta vie, ou la tempête qui sévit en ce moment, il y a toujours un soleil qui brille en quelque part au-dessus des nuages.

            

Que Dieu te bénisse !

 

Surtout n’oublie pas : Sa présence vaut mieux que Sa réponse.

Alors garde L’épreuv’ attitude !

Recherche

Se connecter